Projet professionel : comment trouver son ikigai et donner du sens à sa vie

IiKIGAI

Comment donner du sens à son projet professionnel, être en accord avec ses aspirations et plus largement se sentir mieux ? La méthode japonaise ikigai peut aider quiconque se pose ces questions.

L’Ikigai, vous en avez probablement entendu parler. Dans l’air du temps, ce terme japonais signifie « trouver le sens de sa vie ». Autrement dit : cette raison de se lever le matin qui permet d’effectuer son travail avec plaisir, sans rechigner. Probablement l’un des facteurs de l’exceptionnelle longévité des habitants de l’archipel d’Okinawa. Les scientifiques y ont découvert que ces centenaires japonais continuaient à être actifs très longtemps dans des domaines qui leur plaisaient.

Appliqué à des salariés en phase de reconversion, ikigai est un concept qui peut aider à choisir sa voie en fonction de ses aptitudes et de ses envies. « Trouver mon ikigai, c’est trouver ce qui m’anime, ce qui va m’exciter suffisamment pour déployer toute l’énergie nécessaire à la création d’un projet »,

1. Se donner du temps

En préambule, l’Ikigai n’est pas la méthode miracle qui va permettre de donner un sens à sa vie en quelques jours. Dans la quête d’une nouvelle activité, il faudra trouver ce qui est à la jonction de ses aptitudes, goûts, sens et rentabilité financière.

Difficile de conduire cette démarche pas à pas tout seul. « Pour se réinventer, il est préférable d’avoir un œil extérieur pour démêler les bonnes ou les mauvaises raisons de changer et des objectifs au départ encore flous ».

Je vous accompagne

2. Faire la liste de ses envies

Tout commence par un travail d’introspection suffisamment approfondi pour savoir qui on est vraiment. Dans cette phase de réflexion intime, pensez d’abord à ce que vous aimez. Quelles sont vos passions, vos centres d’intérêt, qu’est-ce qui vous fait vibrer ? Si vous n’êtes pas clair avec ça, « demandez-vous quels sont les sujets passionnants dont vous aimez discuter avec vos amis, par exemple », conseille Marina Bourgeois.

3. Identifier ses vrais talents

Après voir tiré le fil de vos envies, faites le bilan de vos talents, ce en quoi vous êtes bon. Rien à avoir vos compétences. « Ce n’est pas définir ce que l’on sait faire. Mais de ce que l’on prend plaisir à faire », précise Marina Bourgeois. Pensez par exemple à ce qui vous a apporté joie et fierté par le passé.

4.  Trouver son utilité

Ensuite, demandez-vous ce que vous avez envie de donner au monde ou à ce qui vous entoure. « L’ikigai n’est pas seulement une quête de soi mais aussi une quête de son utilité ». Bref, trouver sa place et se créer le rôle que l’on veut jouer. A quoi bon prendre plaisir dans ce qu’on fait si le travail effectué n’a pas vraiment d’utilité et ne rend aucun service concret.

5. Comment gagner sa vie

L’un des écueils de la reconversion professionnelle est l’idée que « l’herbe est forcément plus verte ailleurs ». L’Ikigai va vous aider à trouver une activité qui vous plaît mais aussi à gagner votre vie. « A ce stade, on vous ramène sur terre, explique Marina Bourgeois. Le but est de créer un projet viable qui permette de s’en sortir financièrement ». Comment rendre les activités qui vous passionnent rentables ? Établir des prévisions financières réalistes n’est pas toujours simple. Mais cela fait aussi partie de l’ikigai.

Source : Les Echos

Vous pouvez me contacter par téléphone au 06 59 51 45 81 ou utiliser le formulaire de contact ci-dessous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :